logo Facebook
<< Retour

À l'affiche du Petit Théâtre

Télécharger le programme de la saison
lapidee

Lapidée de Jean Chollet-Naguel

Aneke est hollandaise et étudie la médecine à Maastricht, comme Abdul. Ils tombent amoureux, se marient et décident d’aller vivre au Yémen, pays d’origine du jeune homme. Les premières années sont heu- reuses, mais après la naissance de leurs deux filles, Aneke décide de ne plus avoir d’enfant pour se consacrer à la médecine. Ce n’est pas du tout dans la tradition, surtout sans héritier mâle ! La pression du village, des religieux et surtout de sa propre mère pousse Abdul vers ce qu’il pense être la solution : prendre une deuxième femme. La réaction d’Aneke est vive et elle commet la grave erreur de l’exprimer en public. Abdul considère qu’il est obligé de réagir : il met en place un plan infernal ...

Samedi 26 janvier à 20h30 & Dimanche 27 janvier à 16h- Durée 60 minutes

L'enfant éternel de Philippe Forest

« L’enfant éternel » est un roman, « une entaille faîte dans le bois du temps ». Philippe a perdu Pauline, sa fille de quatre ans atteinte d’un cancer, un an plus tôt. Il nous raconte cette dernière année passée auprès de sa fille qui fut « la plus belle de toute sa vie ». Nous traversons avec lui ce chemin de l’écriture de l’indicible perte qui l’amène à convoquer les souvenirs de tendresse partagée tout en se révoltant contre la fatalité et les hypocrisies de la société face à ceux qui sont appelés à mourir. Grâce à Pauline, il découvre l’accès au monde de l’imaginaire qui le fait s’envoler avec Peter Pan vers ce pays où on ne grandit pas, où le temps n’a pas de prise. Parce que le drame est là, nous avons cherché dans l’œuvre à mettre en jeu ce qui était sur le papier, à libérer la parole du romancier pour qu’elle traverse le corps de l’acteur. Celui qui est sur scène est « notre » représentation de l’auteur, qui se fait acteur et donne corps à un roman.

Vendredi 8 février à 20h30 & Samedi 9 février à 20h30 - Durée 85 minutes

cygne

Le chant du Cygne d'Anton Tchekhov

Au crépuscule de nos jours, reconnaitrons-nous dans le regard de cet enfant que nous étions, les idéaux et les rêves que nous portions alors? Cette pièce de Tchekhov se déroule une nuit. Le vieil acteur Svetlovidov se réveille seul, abandonné dans les loges du Théâtre. Un personnage énigmatique le rejoint enfin. Svetlovidov lui livre ses peurs, ses choix...et ils partent ensemble vers ce Chant du Cygne où le comédien joue avec la fougue de ses jeunes années, il retrouve la foi, le bonheur, l’amour! La Compagnie «Et si demain...» par son adaptation donne à l’oeuvre toute son universalité et son ampleur en la modernisant. La mise en scène empreinte de poésie, réalisme, burlesque, fantastique, donne à voir et à ressentir toutes les émotions! C’est un plaidoyer profondément humain pour la vie !

Vendredi 1er mars à 20h30 - Durée 70 minutes

refugie

Réfugiés poétiques, de Cabaret

Ils ont échoué au MAYENN’ISTAN, une contrée dont ils ignoraient jusque-là l’existence : Étape ou fin d’un long périple, après un voyage souvent périlleux, incertain toujours, sans boussole, ni guide, au gré des générosités ou des pillards venu(e)s des 4 coins de la planète, ces 23 femmes et hommes sont aujourd’hui demandeuses ou demandeurs d’asile, célibataires ou en famille, réfugié(e)s économiques, climatiques ou politiques, Sans se connaître, elles et ils ont trouvé un refuge intellectuel à l’abri du théâtre. A LAVAL’ISTAN où elle a trouvé des murs pour poser ses mots, l’équipe du théâtre du Tiroir des affabulations, fort de ses 30 années d’expérience, leur propose de devenir réfugié(e)s poétiques. Après avoir découvert et interprété les SUPPLIANTES d’Eschyle, les réfugiés devenus un temps actrices et acteurs nous invite dans la poésie de leur pays d’origine, accompagnés de généreuses voix françaises. Les musiciens, compagnons de route du Tiroir sont invités à offrir un décor musical à leurs poèmes.

Samedi 9 mars à 20h30

neige

La Reine des Neiges d'Andersen

En 1844, l’auteur danois Hans Christian Andersen écrivait en seulement 5 jours un de ses plus longs contes, « La Reine des Neiges ». L’histoire : Un jour, le DIABLE de bien bonne humeur, confectionne un miroir qui a la merveilleuse propriété de faire disparaître le beau et le bien et de faire ressortir tout ce qui est mauvais et déplaisant. « Que c’est amusant ! » se dit le Diable... Le petit garçon Kay, devenu froid et insensible à la beauté après avoir reçu dans son œil et dans son cœur deux morceaux du miroir maléfique du diable, suit un jour le traineau blanc de la Reine de Neige. Sa sœur, Gerda, part alors à sa recherche. Dans sa quête, elle sera guidée par des fleurs, une magicienne, une princesse et son prince, une fille-brigand, des animaux ... avant d’affronter l’épreuve ultime dans le château glacé de la Reine. • Spectacle bilingue français/danois • En écho au festival Reflets du Cinéma scandinave

Dimanche 17 mars à 16h - Durée 60 minutes

ciel

Le ciel était si blanc de Jeunesse Milliams

Regroupement de deux pièces d’un acte de Tennessee Williams, « Propriété condamnée» et « Parle-moi comme la pluie, laisse- moi écouter », Le ciel était si blanc raconte l’histoire d’une femme en deux époques, avec ses souvenirs, ses rêves et ses désillusions. De la rencontre de deux adolescents Willie et Tom dans un no man’s land à la femme usée par la vie perdue dans un hôtel ou une loge de théâtre, sans âme, avec un homme de dos, dans un fauteuil, tous les personnages sont joués par la même comédienne. La première pièce est comme un souvenir de théâtre, un jeu, l’enfance. L’autre pièce ce qui nous reste d’espoir quand la vie a passé... Un ciel blanc, une lu- mière intense d’avant ou d’après la pluie accompagne cette danse.

Vendredi 29 mars à 20h30

Bambou de plumes par l'association Sekoya N Ko

Iciniens est né en 2016 de la rencontre entre un slameur, un percussioniste du world jazz et un clarinettiste trad. Trois univers qui se mélangent pour former un tout aux multiples influences (jazz, hip hop, balkans...). Ils proposent un collier musical où chaque morceau est une perle rare. Le son des mots répond aux vibrations de la clarinette basse et des percussions et, parfois, un n'goni et une flûte traversière posent un tapis d'eau et de vent sur lequel se dépose la voix. Martin rejoint le plus bel endroit au monde. Son périple l’amène à fouler la terre des Icininiens. Un poète et deux musiciens vous embarque en dessous de vos pieds, parmi les bambous dans l’onde de plume.

Dimanche 31 mars à 16h - Durée 60 minutes

marin

Le Marin de Fernando Pessoa

Dans la salle d’un vieux château en bord de mer, une jeune fille dans un cercueil blanc est veillée par trois autres jeunes femmes... Elles se racontent leurs souvenirs et leurs rêves... L’une d’elle s’embarque dans le récit d’un rêve qui la hante, celui d’un marin. Son rêve si intense et si vrai, donne naissance à l’inquiétante réalité de ce marin, qui emplit toute l’atmosphère et l’âme des trois soeurs. Qui rêve vraiment ? Pour cet oeuvre si particulière de Pessoa, d’une grande beauté poétique et philosophique, vous serez plongés dans le noir, tous vos autres sens et en particulier l’ouïe, l’odorat et le toucher seront sollicités pour que les paroles de Pessoa s’insinuent délicatement en vous. • Spectacle à entendre dans le noir.

Vendredi 26 avril à 20h30