Théâtre du Tiroir... des affabulations     Accueil | Contact | Liens | Infos pratiques
UNE COMPAGNIE UN PETIT THEATRE ET PLEIN D'ENVIES
 

Une compagnie...
La malle à spectacles
Création en cours
Le carton à souvenirs
 

CARNETS DE TRANCHÉES D'AUGUSTE GEORGET

auteur : AUGUSTE GEORGET instituteur syndicaliste
metteur en scène : jean-Luc Bansard
année de création : 2014
visuel Julien Baillargeon
 

L'Histoire

Départ de Mayenne 4 heures 20, le 2 novembre 1914
Adieu des copains à la gare au milieu d'une haie de spectateurs qui nous réconfortent par leurs adieux touchants, enthousiastes.
Embarquement des 400 hommes à 4 heures 29.
8 heures et demie soir
Arrivée au Mans. Après de nombreux chants suscités, la plupart par l'ivresse, calme presque complet. Je suis de l'escouade du caporal Thébault. Deux parisiens, le Caporal et moi, avons lié pacte d'amitié et nous sommes jurés aide et assistance là-bas.
2 heures 20 mardi matin.
Nous déambulons à travers les rues. Aucun café ne consent à nous ouvrir ses portes avant 5 heures.
À 10 heures 30
Le rassemblement sonne.
15 heures un quart
Nous démarrons sans connaître notre nouvelle destination.
Nous traversons La Beauce, plaine immense qui prédispose plutôt à la mélancolie.
Presque rien pour reposer les yeux.
De ci, de là, un cheval unique semble noyé dans ces interminables pièces de terre et ajoute encore à la tristesse du moment. (...)
Et je vois les miens (...)
Les hommes et les femmes nous saluent.
Les enfants agitent leurs petites mains.
Un je ne sais quoi m'étreint.
Je n'aime pas ces manifestations, les mains des enfant me serrent le coeur.
...Orléans... Patay Superbe coucher de soleil. ... la nuit vient.
Dans la brume s'estompent les deux tours de la cathédrale d'Orléans.
Arrivée aux Aubrais : des tentes, demeure provisoire de nos amis Anglais, lesquels nous accueillent par des hourras frénétiques.
Plus loin, de nouvelles tentes aux formes originales, habitées par les hindous font la haie ou le long des talus. Ils agitent leurs mains, leurs turbans, sans prononcer un mot, prouvant ainsi, simplement, sans phrases, leur attachement et leur fidélité.
Ce spectacle relève le courage chancelant des plus déprimés, nous donne à tous du coeur au ventre. Des Hindous, qui font des milliers de kilomètres , pour venir défendre la cause de la liberté, se battre pour un principe, il faudrait être véritablement un lâche pour se défiler.